AllaitementMaternagePortageBébéMaman
 

Le don de lait humain

Imprimer Envoyer



En réponse à un intérêt croissant pour le partage de lait maternel humain, La Leche League International a précisé en mars 2011 sa position précédemment exprimée en 2007.



La Leche League International soutient pleinement l’utilisation de lait humain pour les bébés. La première des priorités de LLLI est de soutenir les mères qui allaitent leur bébé. Une priorité secondaire est d’aider les mères à exprimer et à conserver leur propre lait en toute sécurité pour leur propre bébé. Lorsque le lait de leur mère n’est pas disponible, les bébés ont parfois besoin de lait humain donné par d’autres mères. Il est essentiel que ce lait donné ne présente aucun danger.


L’organisation internationale qu’est LLLI sait bien que de nombreuses mères dans de nombreuses cultures ont partagé leur lait de manière informelle et allaité des bébés de membres de leur famille ou d’amies proches (cross nursing). LLLI reconnaît également qu’en cas de grave maladie, voire de décès de la mère, ou lors de catastrophes naturelles, le partage de lait maternel a sauvé des vies. En dehors de ces circonstances, LLLI a développé des recommandations strictes concernant la collecte et l’utilisation de lait maternel, selon les recommandations du Conseil Sanitaire (Health Advisory Council) de son Conseil Professionnel (Professional Advisory Board).


Lorsqu’une mère contacte une animatrice à propos de don de lait, l’animatrice réagira en offrant de l’information et du soutien. Les informations devraient notamment comprendre la lactation induite et/ou la relactation. L’animatrice suggérera aussi à la mère de discuter avec un professionnel de santé compétent, et de contacter un lactarium agréé ou tout autre centre de collecte de lait de son pays conforme à la législation et géré par des professionnels de santé (NDT : en France, ce sont les lactariums qui s’en chargent exclusivement ; le terme « lactarium » est utilisé par simplicité pour tout centre de collecte de lait dans la suite du texte). L’animatrice informera toute mère qui voudrait faire bénéficier son bébé de don de lait maternel, ponctuellement comme à long terme, des risques et bénéfices liés à ce mode d’alimentation. Les bénéfices comprendront, de façon non exhaustive : une nutrition optimale, une facilité de digestion, et une protection immunologique. Les risques pourront comprendre, également de façon non exhaustive : la transmission de certains agents infectieux, tels des bactéries ou des virus, qui peuvent se trouver dans le lait exprimé par des femmes asymptomatiques ; des drogues ou des médicaments ; éventuellement des polluants environnementaux ; une conservation dans des conditions d’hygiène potentiellement dangereuses, et la manipulation de lait donné et non traité. Les lactariums exigent des donneuses des normes de santé spécifiques avant d’accepter leur lait, ce qui élimine beaucoup de ces risques. Chaque pays établit ses propres normes pour les donneuses de lait, et ces critères de sélection sont disponibles directement auprès des lactariums.

Si une mère envisage de faire don de son lait, l’animatrice lui fournira les coordonnées des lactariums. L’animatrice ne fera jamais pression sur une mère pour qu’elle donne ou continue de donner son lait. L’animatrice préservera la confidentialité de l’identité de toute donneuse ou bénéficiaire d’un don de lait. L’animatrice rappellera à toute donneuse potentielle que son propre bébé a une priorité naturelle sur son lait. L’animatrice informera toute donneuse potentielle qu’elle peut : 1) demander des informations complètes au lactarium sur l’utilisation qui sera faite de son lait; 2) demander si elle peut imposer des restrictions sur cette utilisation ; 3) décider librement de donner son lait ou non à la lumière des informations reçues du lactarium.


L’animatrice ne suggérera jamais de don de lait informel et n’agira pas en tant qu’intermédiaire dans une telle situation. Si une mère souhaite évoquer ces options – don de lait, allaitement par une nourrice ou cross nursing (lorsqu’une mère allaite le bébé d’une autre) – le rôle de l’animatrice est de fournir les informations concernant les risques et bénéfices évoqués plus haut, et notamment les limites de la stérilisation à domicile du lait maternel. En cas d’hospitalisation du bébé, l’animatrice invitera la mère à discuter avec l’équipe médicale de la politique de l’établissement en matière d’allaitement. La mère pourra ensuite prendre sa décision, en toute connaissance de cause et selon sa situation et sa culture.

 

Voir ICI une étude sur la contamination des laits vendus sur Internet aux Etats-Unis.

Mise à jour le Lundi, 21 Octobre 2013 18:32