AllaitementMaternagePortageBébéMaman
 

Comment augmenter votre lactation

Imprimer Envoyer
FEUILLET 9 DE LA LECHE LEAGUE FRANCE



Beaucoup de nouvelles mères se demandent comment savoir si leur bébé a pris assez de lait et craignent de ne pas avoir une sécrétion lactée suffisante pour leur enfant.
Comprendre le mécanisme de la lactation vous aidera à avoir confiance en vous.

La quantité de lait que produisent les seins dépend de la fréquence des tétées et de l'efficacité de la succion du bébé au sein. Quand le bébé est au sein, sa succion provoque la libération par l'hypophyse de deux hormones, l'ocytocine et la prolactine.

La prolactine est considérée comme l'hormone de la production du lait.
Plus le bébé tète, plus le corps de la mère libère de prolactine et plus les seins produisent du lait. Si le bébé a besoin de plus de lait que n'en produit la mère, il aura besoin de téter plus souvent ou plus efficacement, afin que la production augmente.
C’est, par exemple, ce que l’on peut observer pendant une poussée de croissance.

La seconde hormone, l'ocytocine, provoque des contractions musculaires dans les seins, contractions qui font cheminer le lait dans les canaux lactifères et le font jaillir du mamelon lorsque le bébé tète. C'est ce qu'on appelle le réflexe d'éjection. De nombreuses mères le perçoivent comme un picotement, un fourmillement ou une contraction
dans le sein peu après le début de la tétée. Pour d'autres, c'est l'apparition de quelques gouttes de lait du côté où le bébé ne tète pas, ou bien l’accélération du rythme de succion chez le bébé qui sont les signes que ce réflexe se produit.

La production de lait est un très bon exemple du principe de l'offre et de la demande. Au début, votre corps ne sait pas de quelle quantité de lait votre bébé aura besoin. Il en fabrique donc une certaine quantité. C'est en donnant le sein à la demande que vous permettrez à votre corps de produire automatiquement le volume de lait correspondant aux besoins de votre enfant.

Votre bébé prend-il assez de lait ?
Les fausses alertes
Ce qu'il est préférable d'éviter ( ce qui perturbe votre production lactée)
Prenez soin de vous
Les mesures que vous pouvez prendre




Votre bébé prend-il assez de lait ?

Il y a plusieurs façons de s’assurer que le bébé prend assez de lait :

Pendant les deux premiers jours qui suivent sa naissance, le bébé ne mouille d’urine qu’une ou deux couches par jour. A partir du troisième jour, par contre, il devrait mouiller 5 à 6 couches jetables (6 à 8 couches en tissu) : si votre bébé boit suffisamment, il élimine abondamment.

Le bébé doit éliminer le méconium (les premières selles, d’un vert foncé et visqueuses) pendant les deux premiers jours. Les selles doivent changer vers le troisième jour et le bébé devrait, à partir de ce moment, avoir des selles fréquentes, c’est-à-dire au moins 2 à 3 selles abondantes, liquides ou molles, par 24 h (des taches sur la couche ne suffisent pas). Chez le bébé plus âgé (plus de 6 à 8 semaines), le nombre de selles (toujours abondantes et molles) peut diminuer jusqu'à une par jour et même une tous les trois ou quatre jours ou moins souvent encore. Ce n’est pas un signe de constipation chez un bébé allaité exclusivement au sein et à la demande. Le même nombre de couches mouillées d’urine par jour qu’auparavant signifie qu'il prend assez de lait.

A partir du 3ème jour, vous l'entendez déglutir pendant la tétée, à chaque succion au début, toutes les 2 ou 3 succions vers la fin de la tétée.

Si l’allaitement est bien mené, la perte de poids ne doit pas excéder 7 % de son poids de naissance, pendant les 3 à 4 premiers jours.



A partir de la montée de lait, 3 à 4 jours après la naissance, et pendant les deux premiers mois, une petite fille prend environ 190 grammes par semaine et un petit garçon prend environ 230 grammes par semaine. Ces chiffres sont des MOYENNES.

Pendant les deux mois suivants, la prise de poids MOYENNE est de 140 g/semaine pour les filles et de 150 g/semaine pour les garçons.


Ces chiffres sont des données moyennes calculées pour des bébés nés à terme et en bonne santé : donc, certains bébés peuvent avoir une prise de poids inférieure ou supérieure.

Il est important d’interpréter la prise de poids en fonction de l'âge du bébé, des caractéristiques familiales et de l'évolution générale des courbes du poids, de la taille et du périmètre crânien. Il n’y a pas de limite supérieure pour la prise de poids de votre bébé car votre lait est l’aliment parfait pour lui. En outre, votre bébé pourra prendre plus de poids certaines semaines, moins les suivantes, ce qui est parfaitement normal.

La prise de poids doit être calculée à partir du poids le plus bas de votre enfant et non de son poids de naissance. Certains bébés ont besoin de deux semaines pour retrouver leur poids de naissance.

Dans ce cas, comme dans le cas ou, au cours des deux premiers mois, votre bébé prendrait moins de 145 grammes par semaine, n’hésitez pas à contacter une animatrice de LLL ou une personne compétente en allaitement afin de vérifier le déroulement de celui-ci (fréquence et durée des tétées, succion du bébé, etc.). Dans tous les cas, restez en relation étroite avec le médecin qui suit votre enfant.



La plupart des bébés tètent en général huit à douze fois par 24 heures, souvent toutes les heures et demie à trois heures.

Ce chiffre est une moyenne et certains bébés peuvent téter moins fréquemment alors que d'autres téteront plus souvent. Des tétées moins fréquentes posent un problème uniquement si le bébé ne prend pas assez de poids. Idéalement, c’est le bébé qui devrait déterminer la durée de la tétée et lâcher de lui-même le premier sein avant de se voir offrir le second.



Il est bien éveillé et sa peau est douce et souple. Ses courbes de croissance (taille, poids, périmètre crânien) sont harmonieuses. Un bébé qui sourit, qui est attentif à ce qui se passe autour de lui et qui a un bon tonus musculaire reçoit certainement suffisamment de lait.




Les fausses alertes

Certaines mères pensent ne pas avoir assez de lait alors que leur production ne pose pas de problème. Elles se font du souci pour des symptômes qui ont d'autres causes, ou bien elles ne sont pas habituées aux différents comportements qui sont tout à fait normaux chez les bébés nourris au sein.

Votre bébé prend bien du poids, il déglutit bien pendant la tétée, mouille et salit de nombreuses couches : sachez qu’il n'y a rien d'alarmant dans votre production de lait même si votre enfant a les comportements suivants :

• Votre bébé tète très souvent.
De nombreux bébés ont un grand besoin de succion ou de contact fréquent avec leur mère. Souvenez-vous que des tétées nombreuses vous assurent que votre bébé prend assez (et non qu'il manque de lait) et que celles-ci stimulent votre lactation.

• Votre bébé semble avoir faim peu de temps après avoir été nourri.
Le lait maternel se digère plus rapidement que les laits industriels et demande moins d'efforts au système digestif immature du nouveau-né ; ainsi le bébé nourri au sein a une demande plus fréquente que l'enfant alimenté au lait artificiel.
Toutefois, la qualité de la succion du bébé est importante.
En effet, le bébé allaité doit avoir bien en bouche le mamelon et une bonne partie de l’aréole (la région pigmentée qui entoure le mamelon) ainsi qu’une succion vigoureuse afin de prendre au sein une tétée complète.

• Ne comparez pas le rythme des tétées, le gain de poids ou le rythme de sommeil de votre bébé avec ceux d'autres enfants de votre connaissance.
Chaque enfant est unique et il y a de grandes variations dans le comportement de chacun.

• Votre bébé augmente brusquement la fréquence et/ou la durée des tétées.
Il arrive souvent que des bébés, très somnolents lorsqu'ils sont nouveau-nés, « s'éveillent » brusquement et se mettent à téter plus fréquemment.
De plus, les bébés ont des poussées de croissance autour de trois semaines, six semaines, trois mois et six mois. Afin de stimuler la lactation et d'obtenir plus de lait pour combler leurs besoins grandissants, ils se mettent à téter plus souvent que d'habitude pendant quelques jours.

• Votre bébé diminue brusquement la durée de la tétée.
Par exemple, il peut réduire la tétée à quelques minutes par sein. S’il mouille et salit autant de couches que d’habitude, il se peut tout simplement qu'il soit capable d'extraire le lait plus rapidement, ayant une plus grande expérience au sein.

• Votre bébé est maussade.

De nombreux bébés ont un passage difficile tous les jours, souvent à la même période. Certains bébés sont maussades presque tout le temps.
Il peut y avoir plusieurs explications en dehors de la faim mais, souvent, il n'y a pas de raison évidente. Si la tétée semble ne rien arranger, essayez par exemple d'emmailloter votre bébé dans une légère couverture ou bien de changer sa position, de le promener, de le bercer, de lui faire faire un rot. Gardez à l’esprit que, quelle que soit la raison pour laquelle votre bébé est maussade, la plupart du temps, il a besoin du réconfort de vos bras. A ce titre, l’usage d’un porte-bébé peut vous être utile.

• Vos seins coulent très peu ou pas du tout.
Il n'y a pas forcément de relation entre le fait que vos seins coulent et la quantité de lait que vous produisez. Vous découvrirez d'ailleurs souvent que les pertes de lait entre les tétées ne sont plus un problème dès que votre production est bien établie et s'est ajustée aux besoins de votre enfant.

• Vos seins paraissent brusquement plus souples.
Cela arrive lorsque votre production correspond bien aux besoins de votre bébé et que la congestion du début a disparu.

• Vous n’avez jamais de sensations de fourmillements ou picotements, ou bien ces sensations ne vous semblent plus aussi fortes qu'avant.
Ce phénomène peut survenir avec le temps. Certaines mères ne sentent pas du tout l’éjection du lait mais elles peuvent apprendre à la reconnaître en observant la manière dont leur bébé tète et avale.




Ce qu'il est préférable d'éviter

S'il semble que votre lait ne couvre pas les besoins de votre enfant, il est alors important de déterminer ce qui perturbe votre production lactée.
Les facteurs suivants peuvent provoquer une réduction de la production de lait :

• Les compléments.
Donner un complément, même sous forme d'un biberon occasionnel de lait, de jus de fruit ou d'eau dans les premières semaines, peut perturber la production de lait maternel. Les compléments rassasient le bébé et lui
permettent d'attendre plus longtemps la tétée suivante, réduisant d’autant le temps de succion au sein. Plus votre bébé prendra de lait au biberon un jour, moins vous en fabriquerez le lendemain. Donner un complément réduit la production de lait par manque de stimulation.
Aussi ce n’est pas en « sautant » une tétée que les seins produiront plus mais, au contraire, en les sollicitant avantage que le bébé obtiendra plus de lait.

• Une mauvaise position du bébé au sein.
Le corps de votre bébé mal positionné par rapport à votre corps, ainsi qu’une mauvaise prise en bouche de votre sein par votre bébé peuvent induire une mise en route difficile de votre lactation (douleurs aux mamelons, sécrétion lactée inadaptée ...).

Voir « Assurez-vous que le bébé est dans la bonne position ».

• Confusion de succion entre le sein et la tétine.

Un bébé peut être perturbé par la tétine d’un biberon ou d’une sucette qui nécessitent un autre mode de succion, même dans le cas des tétines dites physiologiques. Si votre bébé ne tète pas correctement le sein, il ne pourra pas stimuler vos seins pour faire produire suffisamment de lait et/ou n’obtiendra pas la matière grasse du lait maternel présente dans le lait de fin de tétée.


• Les sucettes.

Certains bébés acceptent de combler leur besoin de succion avec une sucette mais leur temps de succion au sein diminue d’autant et perturbe la production de lait maternel (selon le principe de l'offre et de la demande).


• Les téterelles ou bouts de sein.
Les téterelles peuvent atténuer le signal envoyé au cerveau maternel lorsque le bébé tète, en raison d’un manque de contact direct entre la bouche du bébé et l’aréole du sein de la mère. La sécrétion de lait et son éjection sont ralenties, ce qui influe directement sur la quantité de lait que le bébé reçoit à chaque tétée. Quand les téterelles sont utilisées pendant plusieurs jours, la production lactée de la mère diminue de 20% à 60% selon le modèle de téterelle utilisé. De plus, il est souvent difficile pour le bébé de réapprendre à téter directement le sein après utilisation d’une téterelle.

Mais dans le cas particulier des bébés prématurés, l’utilisation transitoire d’une téterelle peut ne pas présenter ces inconvénients et même permettre à un bébé encore peu efficace de recevoir plus de lait si, parallèlement, sa maman stimule et entretient efficacement sa lactation avec un tire-lait.

• Les tétées à heure fixe.
Retarder l'heure de la tétée pour respecter des horaires peut perturber la production de lait en ne respectant pas le principe de l'offre et de lademande. Nourrir son bébé lorsqu'il montre qu'il a faim assure généralement une production adéquate.

• Bébé calme, bébé somnolent.
Certains bébés dorment la plupart du temps et tètent trop peu souvent et trop peu longtemps. Si vous avez absorbé des médicaments pendant l’accouchement, votre bébé sera peut-être de ceux-là. Si c'est le cas de votre enfant, s'il ne prend pas assez de poids et s'il ne mouille ni ne salit un nombre suffisant de couches, il faudrait repérer dans son sommeil les différents moments où il manifeste par des petits signes qu’il est prêt à téter (petits bruits, mouvements de la langue et des lèvres, yeux qui bougent sous les paupières fermées...), le stimuler alors en le prenant dans les bras et l'encourager ainsi à téter au moins toutes les deux heures dans la journée. Le contact peau à peau fréquent et prolongé (pendant les siestes, par exemple) stimulera votre bébé et permettra une meilleure sécrétion lactée en augmentant le taux de prolactine. Dans le cas d’un bébé somnolent, c'est vous qui devez décider du nombre de tétées jusqu'à ce qu'il apprenne lui-même à stimuler suffisamment le sein pour avoir une bonne prise de poids.

• La durée des tétées.
Des tétées assez longues (vingt à quarante-cinq minutes) et efficaces (voir « Assurez-vous que le bébé est dans la bonne position » ou feuillet 4 ) vous assureront une production de lait adéquate et vous donneront la certitude que votre bébé prend bien le lait de fin de tétée qui est riche en graisse et donc en calories. Réduire la durée des tétées
peut empêcher votre production d'augmenter alors que les besoins de votre bébé augmentent ; les tétées raccourcies peuvent empêcher le bébé de boire le lait gras produit en fin de tétée.

• Un seul sein par tétée.

Une fois que la production de lait est bien établie, certaines mères ne donnent qu'un sein par tétée et cela peut correspondre aux besoins de certains enfants. Mais si vous avez besoin d’augmenter votre lactation, donnez toujours les deux seins.





Prenez soin de vous

La fatigue et le stress peuvent perturber la montée de lait et contribuer à une production inadéquate. Prenez le temps de vous détendre complètement aussi souvent que possible au cours de la journée (particulièrement quand vous vous installez pour nourrir votre bébé).

Certaines mères fument et allaitent sans problème apparent, tandis que d’autres ont de la difficulté à maintenir une production lactée suffisante, surtout en cas de tabagisme intensif. Quelques précautions à prendre si vous ne pouvez cesser de fumer : essayer de diminuer le nombre de cigarettes par jour ; ne fumer qu’après la tétée et, bien sûr, éviter de fumer dans la pièce où se trouve le bébé.

Les études démontrent que les pilules contraceptives oestroprogestatives (pilules combinées) peuvent provoquer une
réduction de la production de lait. Quant à la mini-pilule, contenant seulement un progestatif, elle n’est pas recommandée les six premières semaines après la naissance pour la mère qui allaite. De nombreuses
mères ont aussi remarqué son influence sur leur lactation plus tard.
Les stérilets contenant des hormones peuvent avoir des effets néfastes sur la lactation, semblables à ceux des pilules.

Un grand nombre de médicaments sont sans danger pour les mères qui allaitent. Toutefois, certains peuvent nuire à la production de lait ou à la santé de votre bébé.
Quel que soit le médicament prescrit par votre médecin, n'oubliez pas de lui dire que vous allaitez.

Certains problèmes de santé de la mère peuvent influer sur sa production lactée et le gain de poids de son bébé. Si vous avez des problèmes de santé ou si vous suivez un traitement, vérifiez avec votre médecin qu’il n’y a pas de contre-indication en cas d’allaitement

L'allaitement augmente votre besoin en liquides puisque votre corps en a besoin pour fabriquer du lait. Mais vous pouvez vous laisser guider par votre soif pendant les tétées. Si vos urines sont jaune foncé et peu abondantes, vous ne buvez pas suffisamment.
Le type de boisson est important. L'eau et les jus de fruits non sucrés sont le meilleur choix. A l'inverse, boire en quantité trop importante peut faire baisser la production de lait. Il est donc inutile de vous forcer à boire.

Une alimentation insuffisante en quantité ou en qualité peut favoriser le stress, la fatigue, nuire à votre bien-être et, par là, contribuer à une production de lait inadéquate. Instituez de bonnes habitudes alimentaires.
De nombreuses mères prennent six petits repas chaque jour plutôt que trois gros. Des goûters de bonne qualité et plus nombreux peuvent être une bonne solution. Mangez des fruits frais et des crudités, des légumes, de la viande, du poisson, du fromage, des noix, des fruits secs... Evitez les aliments peu intéressants du point de vue nutritionnel (petits gâteaux, biscuits apéritif, sucreries, etc...).





Les mesures que vous pouvez prendre

Si vous vous rendez compte que certains facteurs décrits ci-dessus sont responsables de la diminution de votre production de lait, vous pouvez prendre des mesures positives pour que votre production de lait augmente.

• Cherchez de l'aide.
Si vous êtes inquiète pour votre production lactée, il est conseillé d’entrer en contact avec une animatrice LLL. Elle peut apporter quelques éclaircissements supplémentaires sur votre situation particulière.
Si votre bébé ne grossit pas bien, ou s'il perd du poids, il faut absolument que vous restiez en relation étroite avec le médecin qui suit votre enfant.
Dans beaucoup de cas, les techniques d'amélioration de l'allaitement résoudront très rapidement le problème mais, parfois, un gain de poids lent peut indiquer un ennui de santé plus ou moins grave.

• Allaitez souvent.
Laissez votre bébé au sein aussi longtemps qu’il veut téter. Prévoyez de passer 24 à 48 heures (ou plus si votre production est très basse) à vous occuper presque uniquement des tétées et à vous reposer. Un bébé somnolent peut avoir besoin d'être stimulé et encouragé à téter plus souvent.
Le contact peau à peau stimule le bébé ainsi que la sécrétion lactée de la maman : n’hésitez pas à faire des siestes peau à peau avec votre enfant ou de le porter souvent dans un porte-bébé. Cela vous permet également de réagir au moindre signe qui indique que votre bébé est prêt pour téter.

• Assurez-vous que le bébé est dans la bonne position.
Pour que le bébé prenne le sein correctement en bouche, calez bien votre bébé en face du sein, maintenez votre sein d'une main, le pouce dessus et les autres doigts dessous.
Vos doigts doivent être en arrière de l'aréole (partie foncée entourant le mamelon) et ne pas pincer le sein.
Chatouillez les lèvres du bébé avec votre mamelon et attendez qu'il ouvre GRAND la bouche.
Votre mamelon pointe vers le fond de son palais et vous plaquez votre bébé rapidement contre vous. Il prend alors une grande bouchée de sein : son menton est contre le sein, ses deux lèvres sont ourlées vers l’extérieur et l’aréole peut être plus apparente au niveau de son nez qu’au niveau de son menton.



La mise au sein

image J. Newman Prise du sein assymétrique :
- partie de l'aréole hachurée = partie de l'aréole prise en bouche par le bébé.
- le mamelon pointe vers le fond du palais

Le corps du bébé est tout contre sa mère

Le bébé est couché sur le côté, tout son corps vous fait face. L’oreille du bébé, son épaule et sa hanche doivent être alignés.


Les indices d’une bonne succion : après une phase de mouvements de succion rapides, votre bébé tétera plus intensément et vous l’entendrez avaler régulièrement.

Quand le bébé prend le sein correctement, vous ne devez sentir aucune irritation, ni douleur. Si ce n'est pas le cas, enlevez doucement votre bébé du sein en introduisant votre doigt à la jonction de ses deux lèvres et appuyez sur la gencive inférieure pour rompre la succion.
Proposez à nouveau le sein selon la technique décrite ci-dessus.

Proposez les deux seins à chaque tétée.
Donnez-lui le premier sein jusqu’à ce qu’il s’en détache de lui-même.
Faites-lui faire un rot ou changez-le, puis proposez-lui l’autre sein s’il en veut encore.
Votre bébé prendra ainsi tout le lait disponible et vos deux seins seront souvent stimulés.

Essayez les tétées alternées (la « super-alternance ») et la compression du sein.
En cas de production insuffisante, vous pouvez pratiquer la « superalternance » en changeant plusieurs fois de sein au cours de la même tétée, chaque fois que le bébé ralentit son rythme de déglutition.
Changer de sein plusieurs fois par tétée (donner 4, 6, 8 seins …), cela encouragera le bébé à rester actif au sein et vous serez sûre qu'il profite aussi de la partie la plus riche de votre lait.
Observez la façon dont votre bébé tète et avale : passez-le à l'autre sein dès qu'il avale moins souvent. Il est important de changer de sein en fonction du rythme de déglutition de votre bébé et non en regardant votre montre.
A certaines tétées, ce pourra être après quelques gorgées seulement, à d’autres, vous aurez l’impression d’enchaîner de petites tétées.
Alternez ainsi les seins pendant chaque tétée jusqu'à ce que votre production de lait soit satisfaisante, généralement au bout de quelques jours.

En complément on peut pratiquer la compression du sein. Le but est de prolonger l’écoulement du lait quand le bébé ne tète plus assez efficacement par lui-même, afin qu’il continue d’avaler du lait.
Entourez votre sein en plaquant votre main libre à la base du sein, le pouce d’un côté, les autres doigts de l’autre côté du sein, loin de l’aréole.
Observez la façon dont votre bébé tète et avale : dès qu'il avale moins souvent, comprimer votre sein : le geste ne doit pas être douloureux et ne doit pas glisser sur l’aréole. Cela fait augmenter le flot de lait que reçoit le bébé et celui-ci se remet à avaler plus rapidement.
Continuez à comprimer votre sein jusqu’au moment où votre bébé n’avale plus de lait.
Faites éventuellement une pause et recommencez.
Vous pouvez poursuivre la compression tant que le geste est confortable pour vous et tant que le bébé avale du lait régulièrement.
Ensuite vous pouvez changer de sein.

• Ne craignez pas de satisfaire les besoins de succion de votre bébé en le mettant au sein.
Evitez les biberons et les sucettes qui peuvent créer une confusion de succion chez le bébé. La tétine et la sucette demandent, de la part de votre bébé, une technique de succion fondamentalement différente de la tétée au sein.
De plus, un bébé qui se contente d’une sucette peut retarder ou sauter des tétées nutritives au sein et stimuler moins votre lactation.

Si un complément est ponctuellement nécessaire, il peut être donné à la cuillère, au compte-gouttes, à la seringue à médicaments, à la tasse ou avec un dispositif auxiliaire de lactation (DAL), dispositif qui permet de donner un complément au bébé, au moyen d’une fine sonde pendant qu'il tète le sein.

• Buvez suffisamment et ayez une alimentation bien équilibrée.

Mangez dans la mesure du possible une grande variété d'aliments dans leur état naturel. Essayez de boire un verre d'eau chaque fois que vous allaitez et que votre bouche se dessèche.

• Reposez-vous bien et détendez-vous le plus souvent possible.
Votre sécrétion lactée augmentera plus vite si vous êtes détendue et reposée. Prévoyez d'en faire le moins possible pendant quelques jours. Supprimez les tâches non essentielles. N’hésitez pas à demander de l’aide pour le ménage et les repas. Faites des siestes avec le bébé aussi souvent que possible. Pour vous détendre, essayez un bain chaud, de
la musique douce, de la gymnastique ou ce qui vous convient le mieux.
Essayez de passer au moins quelques minutes par jour à vous occuper de vous.

• Tirez votre lait.
Dans certains cas de baisse de lait très importante, il peut s’avérer nécessaire de stimuler les seins entre les tétées pendant quelques jours, en tirant le lait. Pour ce faire, il y a différentes façons : à la main, avec un tire-lait manuel ou mini-électrique, un gros tire-lait électrique automatique à double pompage (modèles en location). Une étude de 1996 a montré que tirer le lait simultanément aux deux seins augmente plus la sécrétion lactée que lorsqu’on tire le lait en alternance à un sein puis à l’autre.



CONCLUSION

Après avoir lu ce feuillet, si vous avez d'autres questions et d'autres soucis, n'hésitez pas à contacter une animatrice LLL ou un autre spécialiste de l'allaitement.
Rappelez-vous que l'état de santé d'un bébé qui ne prend pas ou peu de poids devra être régulièrement contrôlé par un médecin.

Le contact, par l'intermédiaire de votre groupe LLL, avec d'autres mères qui allaitent, apporte le soutien, les informations et les encouragements qui facilitent l’allaitement maternel. Et bientôt, votre bébé, exclusivement
nourri de votre lait, se développant de façon saine et harmonieuse, vous apportera la récompense de vos efforts.



REFERENCES
L’Art de l’allaitement maternel, La Leche League Internationale, 1998
Traité de l’allaitement maternel, LLLI, 1999
Conduite pratique et encouragement de l’allaitement maternel dans un
Hôpital Ami des Bébés
, (formation destinée au personnel de maternité),
OMS-UNICEF, 1993
Nutrient adequacy of exclusive breastfeeding for the term infant during
the first six months of life
, OMS, 2002

Idées lecture
Allaiter Aujourd’hui,
« Les problèmes de prise de poids », n° 15
« Allaiter sans compter », n° 44
. Feuillets de LLL France
« Allaitement, travail et séparation », n° F 02
« Mettre votre bébé au sein », n° F 04

« Petit guide de l’allaitement maternel », n° F 05
« Mise en route de votre lactation », n° F 06

Une aide technique
Le Dispositif Auxiliaire de Lactation de Medela peut être commandé auprès de l’animatrice locale ou dans une pharmacie.

© LLL France
Peut être reproduit, imprimé ou diffusé à condition de mentionner la provenance de ce texte.
Pour Internet, merci de mettre un lien vers le site de LLL France : www.lllfrance.org
Feuillet 09 - révisé octobre 2004
Mise à jour le Samedi, 24 Avril 2010 09:10