AllaitementMaternagePortageBébéMaman
 

L'actu autour de l'allaitement et la maternité...



De nouvelles perspectives sur l’allaitement maternel

Imprimer Envoyer

Peut-on encore écrire quelque chose de novateur sur la pratique de l’allaitement, ce geste aussi vieux que l’humanité (et même plus vieux puisqu’il concernait aussi nos ancêtres pré-humains…) ?
À lire l’ouvrage de Suzanne Colson, Introduction au biological nurturing. Nouvelles perspectives sur l’allaitement maternel, la réponse est : oui !
Suzanne est Américaine, elle a été animatrice de La Leche League en France, avant de partir en Grande-Bretagne faire des études de sage-femme.
Le sujet de l’allaitement la passionne depuis fort longtemps : elle a derrière elle quarante années de pratique dans le soutien à l’allaitement, que ce soit en maternité ou dans l’aide de mère à mère.
Après quinze années de recherche sur le Biological Nurturing (BN) (1), le concept qu’elle a développé, elle fait ici le point sur les facteurs qui peuvent favoriser ou entraver le démarrage de l’allaitement maternel.  Elle présente pour la première fois les preuves scientifiques expliquant comment déclencher les réflexes innés d’allaitement chez le bébé et comment les mères peuvent, elles aussi, retrouver leurs instincts d’allaitement. Positions du bébé, postures de la mère, états d’éveil, et comportements innés mère-bébé sont au cœur de son discours.
En plus d’être très confortable pour la mère (aucune crispation musculaire, pas besoin de porter le bébé sur le bras à la hauteur du sein…), la position BN permet au bébé de démarrer l’allaitement dans les meilleures conditions, et si cela n’a pas été le cas, de résoudre un certain nombre de problèmes (problèmes de succion, prise du sein difficile, mamelons douloureux, réflexe d’éjection fort, etc.).
Comme l’écrit Kathleen A. Marinelli, pédiatre et présidente de l’Academy of Breastfeeding Medicine : « Si vous avez un livre à lire sur l’allaitement maternel, c’est celui de Suzanne. Son impact est énorme : il m’oblige à changer ma philosophie, mon approche des mères et des bébés, mon enseignement et mes diapos ! »
Pour Suzanne, « la relation d’allaitement, comme toute relation, comprend à la fois des comportements innés et acquis. Toutefois, depuis plus d’un siècle, l’allaitement en tant que technique apprise – ou l’approche par l’apprentissage – a dominé notre compréhension et guidé nos pratiques sur la meilleure manière pour les mères de mettre en place leur allaitement. Le Biological Nurturing rétablit l’équilibre, réintroduisant l’élément naturel ou inné dans l’allaitement. »
L’allaitement est quelque chose de « naturel » ? Avec ce livre, oui !  

Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau


(1) N’ayant pas trouvé de traduction française satisfaisante pour cette expression, Suzanne a choisi… de ne pas la traduire ! On parle parfois de « position transat », mais c’est réducteur, car cela semble limiter la chose à une position de la mère, alors que le BN implique beaucoup plus que cela.

 

Le livre est en vente dans les groupes LLL et sur la boutique.

 

Allaiter et travailler : oui, c'est possible !

Imprimer Envoyer

En 2010, un chercheur en sciences de l’éducation, Hugues Bardon, écrivait dans la revue Travail, genre et sociétés un article intitulé « Allaiter et travailler : puisqu’on vous dit que c’est possible ! »

L’objectif de l’article était, je cite, « de montrer que le discours de la promotion de l’allaitement maternel [Ndlr : en particulier celui de La Leche League], tout en s’adaptant sur le plan rhétorique à la réalité contemporaine du travail des femmes afin de ne pas se couper de son public, est, sur le fond, resté le même que celui qui était tenu jusque dans les années 1980. Il tend à privilégier l’allaitement au détriment de l’activité professionnelle. Cette pseudo-évolution a été rendue possible grâce à des ressorts rhétoriques qui permettent, tout en prétendant soutenir une thèse, de faire prévaloir celle inverse, ce qui revient, tout en s’en défendant, à remettre en cause le travail des femmes ».

Il assimilait ce que peut dire une association comme LLL à propos de travail et allaitement à « une véritable entreprise de gouvernement des autres de nature biopolitique […] c’est-à-dire une entreprise de gouvernement des individus non seulement grâce à des dispositifs disciplinaires, mais surtout grâce à des dispositifs de communication qui, sous des apparences non contraignantes, amènent les individus à un gouvernement de soi, auto-contrôlé […] Ici il s’agit plus précisément d’un gouvernement des femmes, de façon à les amener, dans ce domaine qui présente pour elles des enjeux si importants, à se rendre captives d’un modèle qu’on leur présente comme simple à réaliser et qui les amènera à se sentir coupables et incompétentes si elles échouent. ». Rien que ça !

Toutes les femmes qui témoignent dans le nouveau numéro d'Allaiter aujourd'hui (en vente dans les groupes et dans la boutique) seront sans doute étonnées d’apprendre qu’elles « participent volontairement et activement à leur soumission aux pouvoirs sociaux et médicaux qui tendent à imposer un allaitement maternel de longue durée au détriment de leur activité professionnelle ».

J’ai tenu à citer largement cet article, car il montre à mes yeux à quel point un certain discours sociologique et philosophique peut être déconnecté de la réalité.

Quels sont ces pouvoirs sociaux et médicaux qui veulent imposer un allaitement long aux femmes ?! Où les a-t-il rencontrés ? Dans la réalité, ces fameux pouvoirs font plutôt tout ce qu’ils peuvent pour empêcher les femmes d’allaiter longtemps, n’est-ce pas ?

En tout cas, ce n’est pas ce genre d’article qui nous dissuadera de redire encore et encore : oui, allaiter et travailler, c’est possible ! Et de laisser la parole à toutes celles pour qui, justement, cela a été possible !

À noter : « possible » ne veut pas dire « obligatoire », ni nécessairement « facile ». Possible, c’est possible, tout simplement.

Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau

 

couvAA101-2

Mise à jour le Mardi, 11 Novembre 2014 13:58
 

Biological nurturing en français !

Imprimer Envoyer

Le livre de Suzanne Colson est maintenant traduit en français.

Il intéressera aussi bien les professionnels de santé que les mères, en montrant comment déclencher les réflexes innés d’allaitement chez le bébé et comment les mères peuvent, elles aussi, retrouver leurs instincts d’allaitement.    
Un livre essentiel pour quiconque s'intéresse au succès de l'allaitement.
En vente à la boutique.

 

Nouveaux chiffres

Imprimer Envoyer

Tirés des enquêtes EPIFANE et ELFE et publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 7 octobre.

EPIFANE :

"Parmi les 3 365 enfants inclus dans les analyses (nés au premier trimestre 2012 dans 136 maternités tirées au sort en France métropolitaine), 2 806 (83 %) ont été suivis jusqu’à 12 mois. À 3 mois, 39 % des enfants étaient encore allaités : 10 % de façon exclusive, 11 % de façon prédominante et 18 % recevant aussi des préparations pour nourrissons (PN) du commerce. À 6 mois, seul un enfant sur quatre était encore allaité et plus de la moitié d'entre eux consommaient des PN en complément. À un an, seuls 9 % des enfants recevaient encore du lait maternel. Parmi les enfants allaités à la naissance (74 %), la moitié l’étaient encore à 15 semaines, la médiane de l’AM exclusif ou prédominant étant, quant à elle, estimée à 3 semaines et demie."

ELFE :

porte sur plus de 18 000 nourrissons nés tout au long de l’année 2011 dans un échantillon aléatoire de maternités de France métropolitaine Plus des deux-tiers des nourrissons (70,5 %) recevaient du lait maternel à la maternité (59,0 % de façon exclusive, 11,5 % en association avec des préparations pour nourrissons).

Mise à jour le Vendredi, 10 Octobre 2014 12:41
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 4