Version mobile

La Leche League France

en bref

Ecrivez sur notre livre d'or, ouvert en 2009 pour les 30 ans de LLL France

Le livre d'or de La Leche League France

 

Vous avez envie de dire quelque chose ? C'est ici ou bien encore .
Vous pouvez également poster des commentaires sur les différentes pages du site.

Nous vous demandons d'indiquer votre email (il ne sera en aucun cas publié sur le site) afin d'éventuellement vous contacter pour publier votre témoignage dans notre revue Allaiter aujourd'hui.
Si vous souhaitez ôter ou modifier votre message, contactez la webmestre.
Merci !

Commentaires (192)
Vos commentaires
  • Invité
    le mercredi 31 juillet 2013 à 12:19 Posté par Invité

    Bonjour,

    Je ne sais pas si vous accepterez de publier mon témoignage, mais j'essaie tout de même.

    Il y a 8 semaines, j'ai accouché par césariemme em semi-urgence d'un loulou de 4.235kg. Depuis le début de ma grossesse allaiter était une évidence.

    Au cours de préparation à la naissance, on m'a rabattu les oreilles comme quoi le manque de lait est un mythe et non une réalité et qu'il ne faut surtout pas donner à bébé biberon et lolette.

    Deux jours après la naissance, mon loulou avait presque perdu les 10% de sont poids de naissance. Il passait ses journées à dormir et il m'était presque impossible de le réveiller pour téter.Il fut alors décider de lui donner des complément, car maman n'avait PAS DU TOUT de lait... et bébé doit pouvoir manger. Graçe à une gentille sage-femme et au tire-lait, j'ai gentiment, mais très gentillement put augmenter ma production de lait.

    Une fois rentrée à la maison, je fus suivie par une sage-femme IBCL. Ma poduction de lait augmenta doucement. Après 8 jours bébé prenait 30ml au seins au tétée... Miracle! Mais à quelle prix. J'allais 7x/jours 20 minutes au tire-lait après chaque tétée. 6 semaines plus tard, j'arrivais presque à me passer de complément (seulement 100ml/jour) mais j'allais encore 5x/jour au tire lait pour continuer à essayer d'augmenter ma production.

    Actuellement j'ai abdiqué car je suis fatiguée de passer mes journée sur le tire-lait. J'arrive uniquement à allaitement complétement la première tétée (pour savoir c'est simple, bébé ne pleure pas sur mes seins après 20 minutes de tétée, car ils sont vide).

    Après deux semains d'arrêt de mon tire-lait, ma production de lait diminue de plus en plus. A ce rythme, je ne produirais plus de lait d'içi quelques semaines.

    Le manque de lait n'est pas un mythe, mas une réalité dans mon cas.

    Autre constat mon bébé n'a JAMAIS fait de confusion sein tétine!

    PS: la prise au sein était OK et mon bébé n'a pas de problème physiologique pour téter.

  • Tiphaine
    le dimanche 07 juillet 2013 à 12:23 Posté par Tiphaine

     

    Je prends un peu de temps pour déposer mon témoignage qui j'espère sera utile à des mamans ou futures maman.

    J'ai accuchée d'une magnifique princesse il y a bientôt 5 mois et demi le Dimanche 27 Janvier, durant ma grossesse j'esperais pouvoir allaiter ma fille. Cependant après 33 heures de travail j'étais fatiguée et la mise au sein a été très douloureuse...j'ai insisté jusqu'au lendemain matin mais je souffrais trop, du coup les aides-soignantes et sages-femmes m'ont proposées des bouts de sein en silicone...mais rien à faire je souffrais encore et toujours! Ma fille elle prenait très bien mon sein mais j'avais très mal. De ce fait, on discute avec mon Mari et nous décidons de passer au biberon ; je demande à prendre des médicaments pour me stopper la montée de lait, dès le lendemain matin je commence à prendre les cachets, heureuse de ne plus souffir mais triste car je n'avais pas réussit à mettre en place l'allaitement maternel que je souhaitais. Nous rentrons à la maison avec le biberon, je continue à prendre mes cachets mais au fond de moi j'espère tout de même pouvoir réessayer à allaiter ma fille...Samedi 2 Février: dernier cachet à prendre et le Dimanche matin surprise : énorme montée de lait (après 6 jours de traitement pour éviter la montée de lait) du coup je téléphone à la sage-femme qui venait me faire les soins durant les 15 premiers jours de vie de ma fille qui est conseillère en lactation et je lui demande si je peux essayer de remettre ma fille au sein...après 4 essais et des bouts de sein en silicone je peux dire que j'allaite ma fille!!! Je suis comblée et fière d'elle car elle a réussi à se réadapter au sein après 6 jours de biberons (et une sucette!). Jeudi elle aura 5 mois et demi et elle est nourrit exclusivement au sein!!! Des moments magiques que nous adorons partager toutes les deux et dont on ne se lasse pas. 

    Tout ça pour dire que rien n'est jamais perdue avec 6 jours de biberons et une sucette ma fille s'est parfaitement adaptée au sein, il ne faut pas perdre espoir. 

    Je remercie encore les sages-femmmes qui m'ont entourés et qui m'ont soutenu pour réussir notre allaitement.

  • Pauline
    le dimanche 20 janvier 2013 à 21:47 Posté par Pauline

    merci LLL d abord pour ton information, ensuite et surtout pour ton soutien si précieux, pour le réseau de mamans qui permet de gagner un temps fou et surtout de la confiance en soi et donc de la sérénité avec bébé et nos proches. Tu contribues à nous aider à offrir le meilleur de nous-même à nos enfants.

  • Invité
    le jeudi 17 janvier 2013 à 00:24 Posté par Invité

    Bonsoir. Ce message juste pour vous féliciter vous les mamans qui avez su et pu allaité ! J'ai moi même allaité mon premier exclusivement au sein ses 9 premiers mois de vie et j'en garde de bons souvenirs. Ma deuxième, tout est si différent, l'état de fatigue, de stress, le manque de temps, son sous poids, enfin bref, la liste est longue et le resultat, un allaitement raté. Je suis au moment où je vous écris tres triste de ne pas y être arrivé. J'ai tout fait pourtant pour y arriver. Mais en vain, alors encore une fois fécitations à vous et profitez bien de cette chance qui s'offre à vous mères et enfants.

  • Maryama
    le mercredi 02 janvier 2013 à 16:16 Posté par Maryama

    Bonjour,

    Comme l'indique l'objet du message : Merci Infiniment pour tous les précieux conseils fournis sur le site. Commençant mon allaitement, j'ai eu des difficultés et les feuillets ont été des sources d'informations. Ils m'ont également donné confiance en moi. Pour dire mon mari aussi est devenu un adepte de votre site pour toute question concernant l'allaitement de notre bout'chou !!!

    En tout cas merci beaucoup.

    Maryama et Farid, des néo-parents allaitant !

  • Invité
    le samedi 29 décembre 2012 à 14:32 Posté par Invité

    Bonjour

    A la recherche d'informations sur les effets de l'alcool sur l'enfant pendant l'allaitement, j'ai été choquée de trouver un article à ce propos sur votre site qui se termine en préconisant qu'une consommation occasionnelle n'est pas à proscrire car il n'y a aucune preuve d'effet notoire sur l'enfant allaité.

    Sans être spécialiste, avant ma grossesse, j'avais été informée sur l'alcool par des médecins et psychiatre.J'ai pu constater que ces informations se trouvaient assez facilement sur internet.

    Pour faire simple, l'alcool est un élément toxique pour l'organisme, le foie, le cerveau, le système nerveux...il ne s'agit pas d'une question de quantité mais de la nature chimique de l'alcool. Comment peut-on cautionner la consommation d'un produit qui n'a qu'un intérêt purement égoïste de plaisir et dont justement on ne connaît pas les effets réels sur l'enfant? Il paraît tellement évident que cela ne peut pas être une absence d'effet, puisqu'un toxique reste un toxique, que le seul conseil raisonnable semble être l'abstinence accompagné d'une information sur le produit.

    Voilà maintenant 1 an et demi (grossesse et allaitement) que je ne bois plus d'alcool et que je fais attention aussi aux produits que je consomme(il peut restre jusqu'à 80% du taux d'alcool initial lorsqu'il est utilisé en cuisine et on en trouve souvent dans des plats cuisinés, sans aucune mention particulière d'avertissement).

    Même en connaissant les effets de l'alcool, j'en consommais occasionnellement avant ma grossesse sans en faire un problème, je ne suis donc pas "extrémiste".

    Cependant, en toute chose, et à plus forte raison pour mon enfant, je préfère appliquer le principe de précaution. Je ne comprends pas que l'on joue à la roulette russe avec son enfant, car il est impossible de savoir quel sera l'effet de l'alcool sur un enfant sachant que l'effet est déjà différent d'un adulte à l'autre, même s'il n'est jamais nul.

    Vous me rétorquerez qu'il n'y a pas d'étude qui prouve les effets nocifs...les seules études portent en effet sur des consommations pendant la grossesse et souvent sur des quantités importantes...aucun lien ne sera fait par un pédiatre avec un retard de développement ou une fragilité nerveuse avec une consommation d'alcool occasionnelle, poutant ce sont des conséquences reconnues d'une consommation "modérée" pendant la grossesse...

    J'en suis arrivée à la conclusion que, comme pour beaucoup de produits d'usage "courant", il y a défaut d'information car il est plus important que nous restions des consommatrices et que nous achetions ces produits. Au final, quasiment toutes les femmes enceintes que je connais ont consommé de l'alcool pendant leur grossesse, avec le sentiment qu'elles ne prenaient aucun risque pour leur enfant mais en totale méconnaissance de la nature même de ce produit.

    La grossesse et l'allaitement ne durent pas toute la vie! Nous aurons donc bien des occasions de boire quelques verres ou de nous enivrer à plaisir une fois cette période passée.

    Je ne jette pas la pierre sur les mères mais plus sur notre société qui banalise l'alcool pour des raisons économiques(c'est flagrant quand on connaît l'histoire de la médiatisation de ce produit) au lieu d'informer afin de permettre une consommation "éclairée".

    Je suis désolée si mon message est un peu long, mais ce sujet me révolte particulièrement et je voulais juste vous faire part de mon incompréhension face à votre position.

    La prévention et le principe de précaution ne devraient-ils pas prévaloir quand il ne s'agit de nos enfants pour leur donner les meilleures de chance dans la vie (santé et autre)?

    Votre site reste tout de même pour moi une source précieuse d'information...mais qui aime bien...

    Cordialement

    Karine

     

    LLL France : 

    Ne pas boire d'alcool du tout pendant toute la durée de l'allaitement (qui, pour certaines femmes, peut durer une dizaine d'années pour plusieurs enfants), pourquoi pas ? Ce n'est sûrement pas un mal, on n'a pas besoin d'alcool pour vivre !

    Mais la situation est quand même toute différente pendant la grossesse et pendant l'allaitement au niveau de la "dose" d'alcool qui atteint l'enfant.

    Et entre une alcoolisation régulière et journalière (n'oublions pas qu'il n'y a pas si longtemps, on recommandait aux mères allaitantes de boire tous les jours de la bière pour augmenter leur lactation !) et un verre de vin à l'occasion, il y a une grosse différence.
    Il ne s'agit pas de la "position de LLL", mais de ce que disent la plupart des experts en allaitement et toxiques. Voir par exemple ici :

    http://www.feminin-maternel.com/fr/conseils-allaitement/conseils-allaitement5.html

    Si une femme renonce complètement à l'alcool pendant tout son allaitement, c'est sans doute mieux pour tout le monde.
    Mais quid d'une femme qui a envie de boire un verre avec les copains et qui, pensant que l'alcool est totalement incompatible avec l'allaitement, va décider de sevrer son bébé. Pensez-vous que celui-ci sera gagnant au final ?

  • Invité
    le vendredi 28 décembre 2012 à 00:03 Posté par Invité

     

    Bonjour!

     

    Un grand nombre d'informations! - Très bien présenté! - Très bien. Félicitations! Je vous remercie!

  • Invité
    le lundi 17 décembre 2012 à 10:31 Posté par Invité

     

     

    Bonjour! J'ai passé quelques minutes sur le site et beaucoup 

    d'émotions positives! J'ai passé un très bon moment - merci! Bon 

    travail!

  • Elody1391
    le samedi 01 décembre 2012 à 17:14 Posté par Elody1391

    Juste merci de tout ce que vous faites, de nous prouver que nous avons raison dans notre allaitement et notre maternage malgré les remarques désobligeantes des gens. 

    Merci. 

  • Celia
    le vendredi 30 novembre 2012 à 11:47 Posté par Celia

    Un grand merci à Amélie que j'ai contactée par téléphone et qui m'a aidé dans mes problèmes d'allaitement. J'avais une "simple" dermatose, qui pourtant m'empêchait d'allaiter (j'utilisait le tire-lait) et aussi qui me faisait horriblement mal. Grâce à son aide et conseils, j'ai guéri en  très peu de temps et j'ai pu re-allaiter mon bébé, ce que je continue à faire encore aujourd'hui (il a 5 moi maintenant)

Laissez un commentaire

Pour poser une question, n'utilisez pas l'espace "Commentaires" ci-dessous, envoyez un mail à la boîte contact. Merci

La Leche League France et vous

La Leche League France a pour but d’aider, par un soutien de mère à mère, toutes les femmes souhaitant allaiter, en leur transmettant l’art, le savoir-faire de l’allaitement. Ce soutien et cette information passent par des réunions, du soutien par téléphone et par courriel, un forum, un groupe Facebook, des publications, des congrès, des publications et des colloques à destination des professionnels de santé, et ce site, où vous trouverez réponse à toutes vos questions sur l’allaitement.

Les informations trouvées sur le site ne se substituent pas à un avis médical, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

fleche-bleue

Contactez une animatrice

 

Trouvez de l'information

fleche-marron

fleche-grise

Soutenez La Leche League