Version mobile

La Leche League France

La Leche League France

S'identifier

Connexion à votre compte

Nous suivre :

Abonnement aux Dossiers de l'Allaitement
Pour lire les Dossiers de l'allaitement en numérique

Souscrivez un abonnement d'un an pour 37€

Cas cliniques

Cas cliniques

en bref
cas cliniques mars 2023

Tétraplégie aigüe chez une mère allaitante souffrant de mastite et d’abcès du sein
Les mastites sont une complication fréquente de l’allaitement et elles peuvent évoluer vers un abcès du sein. La survenue brutale d’une tétraplégie est une complication possible constatée en cas d’infection bactérienne ou virale. Les auteurs rapportent le cas d’une femme ayant présenté, suite à un abcès du sein, une tétraplégie aiguë transitoire liée à la présence d’un Staphylocoque.

Grossesse et allaitement chez une femme souffrant de cystinose néphropathique
La cystinose néphropathique est une pathologie génétique autosomique récessive induisant un déficit en cystinosine, un transporteur lysosomal de la cystine. Cette dernière s’accumule dans les lysosomes de tous les organes et tissus. Cela induit divers troubles tels que le syndrome de Franconi avec progression vers une insuffisance rénale, une rétinopathie et des troubles endocriniens. En cas d’insuffisance rénale, la personne sera mise sous dialyse en attendant une transplantation rénale. Un traitement précoce et adéquat, destiné à abaisser le taux cellulaire de cystine, peut limiter la progression de tous ces troubles. La cystinose est traitée par prise de cystéamine sous forme de bitartrate de mercaptamine administré par voie orale. Il n’existe à peu près aucune donnée sur la grossesse et l’allaitement chez une femme souffrant de cystinose néphropathique traitée par ce produit. Les auteurs ont suivi une femme souffrant de cette pathologie et présentant une insuffisante rénale modérée.

Analyse du tire-allaitement exclusif
Dans les études sur l’alimentation infantile, on répartit souvent les enfants en groupes suivant qu’ils sont exclusivement allaités, partiellement allaités ou exclusivement nourris avec une préparation pour nourrissons. Toutefois, le lait maternel peut être donné de diverses façons. La plus courante est d’allaiter le bébé directement au sein. Toutefois, un nombre croissant de mères décident de tire-allaiter exclusivement, à savoir de nourrir exclusivement le bébé avec leur lait maternel exprimé donné autrement qu’au sein. Une étude américaine a constaté que 5,6 à 14,3 % des mères tirent-allaitaient exclusivement pendant les 6 premiers mois. Cette prévalence est encore plus élevée dans les pays asiatiques (22,6 % en Chine, 26,5 % à Singapour). Les mères font ce choix pour des raisons variées, et elles auront besoin d’un soutien adapté pour ce type d’allaitement. Elles peuvent avoir commencé à tirer leur lait parce que leur bébé était admis en néonatalogie, parce qu’il refusait de prendre le sein ou en était incapable… Près de 90 % des mères font ce choix après avoir tenté en vain d’allaiter directement au sein, parfois pendant des mois ; les mères qui décident de tire-allaiter dès la naissance parce que c’est vraiment ce qu’elles souhaitent sont une faible minorité. Qu’il soit pris au sein ou donné au biberon, le lait maternel reste le meilleur choix pour la santé maternelle et infantile. Pourtant, des études suggèrent des différences d’impact entre l’allaitement directement au sein et le tire-allaitement exclusif, alors que ce type d’allaitement pourra ne pas être documenté dans les études. Afin de mieux connaître les raisons du tire-allaitement, sa prévalence, son impact, ainsi que les moyens de soutenir les mères qui tire-allaitent, il est nécessaire d’en connaître davantage sur ce sujet. C’était l’objectif de cette analyse conceptuelle.

Intoxication alcoolique d’un prématuré en néonatalogie
Les intoxications alcooliques chez les nouveau-nés sont rares. Elles se traduisent par une tachycardie, des rougeurs, une hypotonie, des épisodes d’apnée et une apathie. Elles sont habituellement causées par la préparation du lait industriel avec une boisson alcoolisée, ou par la consommation d’alcool par une mère allaitante. Mais ces intoxications sont rares chez les nourrissons hospitalisés (exposition à des désinfectants alcoolisés essentiellement). Les auteurs rapportent un cas d’intoxication alcoolique chez un très grand prématuré hospitalisé dans leur service de néonatalogie d’un CHU de Leipzig (Allemagne).

Ce contenu est réservé aux abonnés

La Leche League France et vous

La Leche League France a pour but d’aider, par un soutien de mère à mère, toutes les femmes souhaitant allaiter, en leur transmettant l’art, le savoir-faire de l’allaitement. Ce soutien et cette information passent par des réunions, du soutien par téléphone et par courriel, un forum, un groupe Facebook, des publications, des congrès, des publications et des colloques à destination des professionnels de santé, et ce site, où vous trouverez réponse à toutes vos questions sur l’allaitement.

Les informations trouvées sur le site ne se substituent pas à un avis médical, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

fleche-bleue

Contactez une animatrice

 

Trouvez de l'information

fleche-marron

fleche-grise

Soutenez La Leche League