Version mobile

La Leche League France

La Leche League France

S'identifier

Connexion à votre compte

Nous suivre :

Abonnement aux Dossiers de l'Allaitement
Pour lire les Dossiers de l'allaitement en numérique

Souscrivez un abonnement d'un an pour 35€

Cas cliniques

Cas cliniques

en bref
cas cliniques septembre 2019

Variation des récepteurs pour la prolactine chez une femme présentant une hyperprolactinémie et une agalactie
La prolactine agit via des récepteurs, dont l’existence dépend de celle d’un gène codant pour ce récepteur. On a constaté des anomalies au niveau de ce gène chez une femme souffrant de galactorrhée et d’hyperprolactinémie persistantes après son accouchement, ainsi que chez ses 2 soeurs. Ces femmes étaient toutes porteuses hétérozygotes d’une variante anormale du gène (H212R). Ce phénotype paradoxal reste mal compris. Les auteurs présentent le cas d’une femme souffrant d’hyperprolactinémie idiopathique qui s’est accompagnée d’une agalactie après chacun de ses 2 accouchements.

Contexte hormonal et réflexe d’éjection dysphorique
La capacité des mères à allaiter a été indispensable à la survie de l’humanité pendant des millénaires. La physiologie féminine est conçue pour que la lactation débute après l’accouchement et que la mère fabrique suffisamment de lait. Si l’allaitement est, dans la majorité des cas, une expé-rience gratifiante pour la mère, entre autres en raison de son contexte hormonal spécifique, ce n’est pas le cas pour certaines mères. L’allaitement peut alors être désagréable, frustrant ou émotionnellement difficile. C’est par exemple le cas chez les mères qui souffrent d’un réflexe d’éjection dysphorique (RED). Ce terme décrit un vécu de dysphorie qui survient uniquement pendant le réflexe d’éjection. Nous savons très peu de choses sur ce phénomène. Si on peut trouver des témoignages de mères sur des sites dédiés, il n’existe que quelques rapports de cas dans la littérature médicale. Les auteurs font le point sur le sujet.

Présentation d’un cas de galactocèle à cristaux
Le galactocèle est la plus courante des pathologies kystiques mammaires. Sa fréquence est plus élevée pendant la grossesse et l’allaitement. Pendant la lactation, il contient un liquide lactescent. La ponction permettra le diagnostic et pourra également être utilisée comme traitement. Parfois, le liquide du galactocèle va cristalliser, et la ponction ramènera un liquide visqueux d’aspect crayeux. Les auteurs rapportent un cas de ce type.

Ce contenu est réservé aux abonnés

La Leche League France et vous

La Leche League France a pour but d’aider, par un soutien de mère à mère, toutes les femmes souhaitant allaiter, en leur transmettant l’art, le savoir-faire de l’allaitement. Ce soutien et cette information passent par des réunions, du soutien par téléphone et par courriel, un forum, un groupe Facebook, des publications, des congrès, des publications et des colloques à destination des professionnels de santé, et ce site, où vous trouverez réponse à toutes vos questions sur l’allaitement.

Les informations trouvées sur le site ne se substituent pas à un avis médical, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

fleche-bleue

Contactez une animatrice

 

Trouvez de l'information

fleche-marron

fleche-grise

Soutenez La Leche League